# 44 – Pourquoi j’ai mangé mon père DE Roy Lewis

Résumé :

Lorsqu’on se penche sur la préface de ce texte, écrite par Vercors, également traducteur de ce livre, on ne peut douter de ce que sera notre état à la lecture de Pourquoi j’ai mangé mon père : au pire, la mort par le rire, au mieux un divertissement total et entier. Vercors a ri, Théodore Monod a ri, tout le monde salue l’humour dévastateur et ethnologique de Roy Lewis. Utilisant avec réussite le principe ancien qui consiste à transposer dans une époque (la préhistoire), la pensée d’une autre (la nôtre), Roy Lewis nous conte les efforts de nos ancêtres les demi-singes dans leur lutte acharnée pour la survie et la prospérité de l’espèce. Voilà que nos ancêtres sont à la croisée des chemins, face à une nature hostile et à une foule de prédateur. Un tournant de l’évolution qu’il est crucial de négocier en douceur, sous peine d’extinction. Or, voilà qu’Edouard, hominien à l’esprit éclairé, découvre le feu. Une trouvaille qui sauve la famille certes, mais déplaît fort à son frère Vania, qui prédit la fin du monde, milite pour la viande crue et le retour dans les arbres…  Roy Lewis fait ici de l’anachronisme sa seule loi et revisite avec brio les grands thèmes de société : l’éducation, le rôle de la femme ou l’éternel combat entre progressistes et réactionnaires. Il aborde également l’écologie, la famille et pose la question cruciale de la maîtrise du progrès technique par le biais de cette fresque grandiose, hilarante et moderne. –Hector Chavez

Mon Avis  :

L’histoire se passe pendant la Préhistoire, où nous vivons en direct la découverte du feu et bien d’autre découvertes liées à cela comme la cuisine par exemple.

C’est l’auto biographie d’Ernest, jeune homme de Néandertal à l’ époque du pléistocène en Afrique de l’ Ouest. Grâce à ce livre, nous constatons les nécessités de l’évolution de la race humaine. Sans le feu, l’homme était la proie de beaucoup de prédateurs !

Tous les personnages sont attachants, le père d’Ernest, qui ne rêve que de progrès et d’évolution, l’Oncle Vania, grand singe arboricole qui prône la continuité, la tradition, la soumission aux lois de la nature. Et Ernest, un peu effrayé par les découvertes de son père et qui a un peu peur des conséquences.

J’ai particulièrement aimé, l’Oncle Ian, on ne le voit pas longtemps, car c’est un globe trotter, il est parti longtemps et a rencontré beaucoup d’autres espèces qu’il viendra nous décrire à son retour de voyage.

Ce roman est plein d’humour, je n’ai pas été déçue, j’ai eu ce que je voulais, du rire et des informations sur nos ancêtres !!

 

 

 

L’amour ! Je maintiendrai toujours, si futile que fût en inventions et en développement culturels le moyen pléistocène, qu’une des plus grandes découvertes de ce temps ce fut l’amour. Ca me pris, à l’époque, absolument au dépourvu. En un instant, je fus une créature aussi neuve, aussi fraîche, aussi souple, aussi joyeuse et libre qu’un serpent qui vient de changer de peau. Une libellule aux ailes radieuses après sa longue nuit de chrysalide. Je m’excuse de ces métaphores passablement usées, mais les nouvelles générations n’ont pas connu la merveille insouciante de cette première extase. La jeunesse d’aujourd’hui s’en est trop fait compter, elle sait à quoi s’attendre et elle attend monts et merveilles. Mais moi, personne ne m’avait prévenu. J’étais un nouveau-né. Aussi, quelle métamorphose ! Quel privilège insigne, que d’être le tout premier à vivre une nouvelle expérience humaine ! Et quand, cette expérience, c’est l’amour, imaginez-vous cela ? A présent, l’amour est devenu une sorte de routine, une marchandise de seconde main, même si les jeunes y trouvent encore une humble joie quand il le découvrent au sommet d’une montagne, au coeur de la forêt ou sur le bord d’un lac, il a prid sa place nécessaire dans le processus évolutionnaire -mais, ah ! quand à peine il venait d’éclore pour la première fois !

Poster un commentaire

Classé dans Romans étranger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s